Michel Arnold (1941-2018)




Michel Arnold nous a quittés le 13 juin. On le savait de santé fragile, mais c’est une maladie inattendue et implacable qui l’a foudroyé en quelques mois. Sa compagne Hélène Lambert l’a accompagné jusqu’à la fin. Il laisse après lui deux fils, Frédéric et Pierre, et deux petites-filles, Alix et Nelle.

Michel n’était membre de notre Conseil d’Administration que depuis l’assemblée générale de 2015. Il avait cependant de suite trouvé sa place dans le groupe, figure de vieux sage amical, fidèle et discret, esprit fin et délié, regard attentif fait d’humanisme et de curiosité. Il avait aussi produit plusieurs articles pour nos Cahiers, notamment une belle série sur ses chers allumeurs de réverbères. Cependant, peu connaissaient, même parmi nous, toute la richesse d’une vie consacrée aux autres et aux plus belles choses de l’esprit. Sa disparition est l’occasion de rappeler qui il était, sa modestie dût-elle en souffrir à titre posthume. L’un des derniers soucis de Michel avant sa mort a été de transmettre à notre société ses travaux historiques en cours. Nous allons en prendre connaissance et espérons pouvoir encore publier courant 2019 l’un ou l’autre article de sa plume, comme nous l’avions fait naguère à la disparition de Françoise Jacquet-Ladrier.

Économiste de formation, Michel Arnold a enseigné à l’Institut Technique de Namur, dont il est devenu directeur, tout en donnant cours dans un organisme dépendant des Facultés universitaires catholiques de Lille. Il est ensuite devenu chargé de mission pour la Communauté française, étudiant les profils de métiers, et à l’Agence internationale de la Francophonie, développant les formations techniques et professionnelles en Afrique.

Les activités littéraires de Michel étaient multiples : il était poète, romancier, critique d’art, spécialement intéressé par l’art contemporain, qu’il illustrait sous le pseudonyme de Mika. C’était aussi un grand connaisseur de la vie régionale et de sa chère ville de Namur, à laquelle il a consacré de nombreux articles, spécialement en tant que cheville ouvrière de la revue Confluent. Amoureux de la langue française, fin connaisseur de ses subtilités, il était aussi attaché au livre en tant qu’objet et était ainsi devenu artisan relieur


Françoise Jacquet-Ladrier (1938-2011)

Françoise Ladrier, qui fut pendant vingt ans la présidente de notre société, est décédée en octobre 2011. Cette page lui rend hommage et dresse le relevé de ses nombreuses publications historiques.

L'ASBL Sambre et Meuse a constitué à sa mémoire un fonds Jacquet-Ladrier, déposé aux Fonds Patrimoniaux de la Ville de Namur, rue de l'Etoile. Ce fonds regroupe environ 200 ouvrages relatifs à l'histoire et au patrimoine namurois, ouvrages issus de la bibliothèque personnelle de Françoise et et Philippe Jacquet-Ladrier, ainsi que des réserves de la société. Il est à la disposition du public.

Plusieurs dossiers de notes de recherche établies par Philippe et Françoise Jacquet-Ladrier seront déposés aux Archives de l'Etat à Namur après leur déménagement au boulevard Cauchy en 2014.

La Société a publié en avril 2013 un numéro spécial consacré à la réédition de douze études historiques significatives de l'oeuvre de Françoise Ladrier devenues aujourd'hui peu accessibles. Cette publication, préfacée par Jean-Marie Duvosquel, peut encore être commandée.


  • Un témoignage (J.-M. Duvosquel)         
  • Un culte oublié : saint Gangulphe à Moxhe    
  • Le règlement du 10 mai 1771 et l’office de  pensionnaire de la ville de Namur       
  • La population de la rue des Brasseurs à Namur en 1577        
  • Quelques partitions de musique conservées aux Archives de l’État à Namur (XVIIe  -XIXe  siècles)   
  • Le commerce du poisson de mer à Namur au XVIII e  siècle        
  • L’hôpital Saint-Roch et la lutte contre la peste à Namur aux XVIIe  et XVIIIe  siècles                        
  • Les services publics à Namur au XVIIIe  siècle                          
  • Les premières cultures de pommes de terre dans le Namurois
  • L’explosion du laboratoire à poudre de Namur en 1790     
  • Bouchers et ermites ou la dévotion à Saint-Hubert à Namur (XVIIe -XVIIIe siècles)
  • Une ancienne demeure de la rue de l’Arsenal à Namur        
  • Les femmes dans les affaires à Namur : le maintien de la tradition 
  • Bibliographie de Françoise Jacquet-Ladrier  


 

 

 

In Memoriam

 

 

Bibliographie

 

 

 

 

In Memoriam